1 mars 2018

"Les Joyaux Noirs - Tome 1: Fille du sang" d'Anne Bishop



Il y a sept cents ans, une Veuve Noire a vu une prophétie prendre vie dans sa toile de songes. Désormais, le Sombre Royaume se prépare à l’arrivée de sa Reine, la sorcière qui détiendra un pouvoir plus grand que celui du Sire d’Enfer lui-même. Mais, celle-ci est encore jeune, influençable et vulnérable face à ceux qui voudraient la pervertir. Or, quiconque la tient sous sa coupe contrôle la Ténèbre. Trois hommes, des ennemis jurés, le savent. Et ils connaissent la puissance que recèlent les yeux bleus de cette enfant innocente.
Ainsi commence un impitoyable jeu d’intrigues, de magie et de trahisons, dans lequel la haine et l’amour sont les armes… et dont le trophée est bien plus redoutable que tous l’imaginent.






Alors, ce premier tome de cette saga est juste un coup de coeur!! Je suis tombée en amour assez rapidement de ce livre, autant pour la plume de l'auteur, que pour les personnages, l'univers et l'intrigue


L'univers est magique, comme j'ai peu l'habitude d'en lire mais je me rends compte que j'adore ça. Je n'ai pas forcément tout compris tout de suite, la hiérarchie est très particulière: le lignage, où les rangs dépendent de la possession de joyaux de différentes couleurs, reçus à la naissance ou obtenus par la suite. Du blanc au noir, il y a différentes couleurs et différents degrés de pouvoirs. Les plus puissants étant les joyaux noirs.


Il y a aussi différentes contrées? Terres? Univers? Où les différentes actions se déroulent et où vivent les différents protagonistes de l'histoire.


L'atmosphère du livre est très sombre, très violente, par moments très dérangeante. Il faut savoir que ce livre mèle esclavagisme, torture, mœurs sexuels abominables (prostitution, viols, pédophilie, ...) dans un climat de clivage homme/femme. Les femmes ont une grande partie du pouvoir et asservissent les hommes, en font des objets sexuels, les poussant dans leur pire retranchements. A côté de ça, pour se sentir puissants, les hommes s'en prennent à des fillettes, les brisant aisément.


Ce n'est pas un livre à faire lire aux plus jeunes et aux personnes qui n'aiment pas ce genre de contexte de violence continuelle.
Personnellement, cela ne m'a pas dérangé, peut-être parce que, même si ce sont les plus bas instincts qui sont représentés, le monde est très loin du nôtre et ça permet de conserver cette distance. Ou alors tout simplement, plus rien ne me dérange (si, la torture faite aux animaux ).


Au milieu de tout ça, il y a nos protagonistes, tous différents, et pas tous aussi attachants les uns que les autres.
J'ai eu une tendresse particulière pour Sahtan, il m'a fait pensé à un grand-père, tentant de faire bonne figure, de conserver du détachement mais avec un coeur tout mou à l'intérieur!
J'ai beaucoup apprécié Daemon, même si c'est un personnge beaucoup plus complexe, plus torturé et complètement instable. Son surnom? Le Sadique et il le porte très bien. Mais derrière ce côté violent, détaché et cynique, il y a un petit quelque chose qui fait que je m'y suis beaucoup attachée. Peut-être trop d'ailleurs.


Et puis Jaenelle... Petit bout de femme très complexe, compliquée à comprendre, à déchiffrer, emplie de fraîcheur et de ténèbres. Elle est effrayante et effrayable, et son parcours est très difficile à suivre tant elle n'est que souffrance.


Il y a de nombreux autres personnages: Cassandra, Onirie, et j'ai oublié les noms, j'avoue.
Ils sont très nombreux et parfois, ça a été compliqué de suivre qui ets qui par rapport à qui, les liens, les pouvoirs, les rangs, les intrigues, ...


L'écriture d'Anne Bishop y est sûrement pour quelque chose, peut-être un peu emmêlée par moments mais finalement c'est ce qui donne du corps au livre, une certaine âme.




C'est donc un premier tome coup de coeur pour cette série que j'ai hâte de poursuivre. Envie de replonger dans l'univers, m'immerger une nouvelle fois et voir ce que deviennent tous ces protagonistes et comment ils s'en sont sortis après la fin

Mots doux :

Ecrire un mot doux