17 juin 2016

"C'est vous qui voyez, Docteur..." de Jean-Marc Geidel



"La médecine, c'est 10% de scientifique, 90% de merveilleux; 10% d'explications, 90% d'énigme." C'est du moins ce que pense le Dr J. Forget pour qui la médecine "chante à côté". Il rêve de ne pas nuire, de soigner par l'oubli. Contrairement à son associé, le Dr A. Mory, doté d'une mémoire hors norme formatée par son expérience hospitalière et qui croit en l'efficacité de la médecine scientifique, tout en cultivant charme et séduction. Quand ils ouvrent la "Maison médicale" à la fin des années soixante-dix dans une ville ouvrière de banlieue parisienne, les docteurs Forget et Mory rêvent de donner une vraie place au malade, d'abandonner leur statut de notable. Le début d'une aventure commune qui durera plus de trente-cinq ans, entre controverses médicales, dialogues avec les patients, anecdotes tragi-comiques, jusqu'à leur quête d'improbables successeurs parfois loufoques... Molière n'est jamais loin quand on parle médecine... Plus qu'un questionnement, ce livre est un plaidoyer pour une médecine modeste. Avare de prescriptions médicamenteuses, mais prodique de son temps. Une médecine à l'écoute - et à l'école - des malades. L'exergue du livre est assez explicite: "Au malade inconnu, la médecine reconnaissante".




**********

Ce livre nous plonge dans un univers que je connais plutôt bien, celui de la médecine. Je ne suis certes pas médecin mais je suis entourée de médecins, et dans mon travail, et dans ma vie personnelle, ce qui fait que c'est un sujet qui m'intéresse et m'interpelle. J'ai, du coup, un avis assez tranché de base sur la médecine et du coup, je n'ai pas forcément été d'accord avec tout ce qui a été dit dans ce livre. Cela explique peut-être aussi pourquoi je n'ai pas réussi à l'apprécier à sa juste valeur.

Nous retrouvons donc deux médecins généralistes qui travaillent dans le même cabinet à la campagne. Ils ont des façons d'exercer à l'opposée l'un de l'autre et c'est ce qui fait la richesse de ce livre. Finalement, c'est une mise en opposition de deux méthodes sans qu'aucune ne fasse réellement ses preuves. 

C'est un roman de société qui remet en cause la médecine actuelle, son application et le futur de cette même médecine. Il attaque aussi bien les médecins qui ne respectent pas forcément la déontologie, que les patients qui en demandent trop ou pas de la bonne façon. C'est un style très sarcastique afin de choquer et de faire réfléchir et pourquoi pas réagir les lecteurs de ce livre. Car en effet, face à certaines scènes, situations qui peuvent paraître hallucinantes, voire caricaturales, on se pose des questions sur ce qu'on ferait dans ces cas-là. 
Malgré certains témoignages parfois effarants, j'accorde du crédit à tout ce qui est décrit car je le sais comme vrai. Pour vivre certaines situations au quotidien, parfois les patients sont atterrants tout comme les médecins, à se demander comment tout cela est possible... Malheureusement c'est l'état actuel de notre société.

Malgré tout ça, je n'ai pas trouvé ce livre très passionnant. Même s'il peut faire réfléchir sur certaines situations, il n'apporte rien. Ce n'est qu'un constat très négatif de la médecine actuelle et future sans que des solutions soient apportées ou proposées pour faire encore plus réfléchir ceux qui lisent le livre. 
C'est d'ailleurs triste que la médecine soit ainsi décriée et qu'il n'en sorte que du négatif. Car il y a tout de même des beaux aspects dans ce métier mais ils ne sont pas soulignés.

Finalement, ce livre ne m'a rien apporté et je n'ai pas trouvé d'intérêt à le lire. Peut-être conviendra-t-il mieux à des gens qui ne sont pas du métier et qui pourrait découvrir certains aspects non connus de la médecine générale.


C'est une lecture faisant partie du Prix de l'autre Edition, pour la maison d'édition "Publibook". Ma note: 13/20





Ce livre rentre dans mon challenge 50 romans en 2016 (62/50)




1 commentaire:

  1. Geidel Jean-marc29 juillet 2016 à 10:18

    Commentaire de l'auteur: Je suis surpris que vous n'ayez vu que du négatif dans mon livre. En effet, je parle de façon très positive de la relation médecin-patient, du savoir propre et des ressources de chaque patient, du concept de co-thérapie (décision thérapeutique partagée), je pointe des solutions alternatives au tout médicamenteux, notamment, les soins du corps, massages, balnéothérapie, musicothérapie, des méthodes de suggestion et parle de l'hypnothérapie comme d'une placebothérapie honnête. Ci-joint un extrait de la critique de mon livre sur le site Babelio: " Le patient et le médecin nouent une alliance singulière, jouent de concert, deviennent de véritables co-thérapeutes. Chacun d’eux a un savoir propre que l’autre ignore. La mise en commun de ces savoirs débouche sur une alliance thérapeutique, dont un pilier central, le doute, laisse ouverte la décision : autour d’un socle de 10 % médecine scientifique, rationnelle, efficiente, il y a pour Forget 90 % de relationnel, de communication, d’examens et de prescriptions médicamenteuses excessives.On peut évoquer le docteur Knock à sa lecture pour la discussion sur la médecine qu’il inspire et pour son humour, mais ce serait plutôt en contrepoint, comme figure grimaçante ou menaçante : en effet, les protagonistes de cette histoire ne se situent pas dans le cynisme et le mercantilisme de Knock qu’ils dénonceraient plutôt fermement, d’autre part, sans nier le génie précurseur du célèbre héros de Jules Romain et son sens de la formule, (« Tout bien portant est un malade qui s’ignore »), l’auteur pourrait inverser la devise (« Tout malade est un bien portant qui s’ignore »), tant sa confiance se situe dans les ressources de l’individu bien plus que dans celles de la médecine. S'il y a une filiation totale entre l'inspiration géniale de Jules Romain et l'emprise médicale envahissante que l'on peut dénoncer aujourd'hui, J-M Geidel dessine plutôt une vision de la pratique médicale qui pourrait être celle de demain, où le malade devient sujet, où le médecin généraliste prend un rôle central et coordonne les soins."

    RépondreSupprimer