7 mai 2016

"Théys" de Karine Rolland



Nichée au coeur de la forêt tropicale, la tribu des Kawaka est victime d’un déluge qui balaie son village. Quinze ans plus tard, les destins d’Olàn et Téa, anciens enfants membres de la tribu, ainsi que Natko, l’arbre guérisseur de la forêt, vont se recroiser à Théys.
Olàn, missionné par un laboratoire pharmaceutique, revient sur sa terre natale afin de trouver une plante capable de soigner une épidémie. Téa, devenue journaliste, est aux prises avec le maire de Théys, un industriel mafieux. Quant à Natko, il doit se battre pour sa survie, menacé d’abattage dans un proche avenir...


*********


J'avoue une nouvelle fois que j'ai plongé sur ce partenariat uniquement grâce à la couverture de l'ouvrage que je trouve sublime. De ce fait, je ne savais pas trop bien dans quoi je me lançais quand j'ai commencé ma lecture.

C'est d'ailleurs très étonnant que je sois tombée sur cette lecture, avec les sujets qu'elle raconte alors que je suis dans une période charnière de ma vie, où je me pose beaucoup de questions sur l'écologie, la nourriture et toute cette société de surconsommation qui nous entoure.

Car en effet, ce livre traite de tous ces sujets.

De la déforestation en Amazonie, aux usines d'huile de palmes, en passant par la pollution des terres et des eaux, allant jusqu'à rendre les hommes malades, ce livre est là pour nous informer, nous alerter d'une façon romancée, certes, mais bien réelle tout de même.

Ce livre a trouvé une grande résonance en moi et je crois que je l'ai lu au bon moment.

Il est de ces lectures qui tombent à pic. Théys en fait parti.


J'ai peut-être trouvé au début, l'écriture un peu simple, un peu trop facile et j'ai eu peur d'être embarquée dans un livre jeunesse ne pouvant pas me convenir. (J'ai eu une déconvenue il y a peu, depuis je me méfie.) Mais j'ai vite oublié la forme au profit du fond qui s'est révélé des plus intéressants.
J'ai beaucoup apprécié le personnage principal Olàn, jeune homme déraciné qui a presque tout oublié de son passé mais qui continue de se servir de ses dons "naturels". Il va être entraîné dans un tourbillon qui l'emmènera plus loin que ce qu'il a imaginé et surtout qui va lui permettre d'ouvrir les yeux.
Olàn m'a été très proche dès le début, peut-être parce que j'ai eu l'impression de me reconnaître en lui. Certes, je n'ai jamais vécu dans l'Amazonie au milieu des tribus locales mais je suis en train d'ouvrir les yeux comme lui le fait tout le long du récit, prenant peu à peu conscience de l'énorme mensonge qui nous entoure. C'est un jeune homme volontaire, fidèle à ses principes et qui n'a pas peur de se mettre en danger pour défendre ce qui le mérite. 

Téa est une jeune femme remarquable et admirable et j'ai aimé son attachement à sa terre et son combat de tous les jours pour sauver ce qui lui semble juste. La Terre aurait besoin de plus de Téa pour la sauvegarder de nos jours et j'ai un profond respect pour les militants qui tentent de sauver notre planète et qui n'ont pas toujours le bon rôle face aux médias.

Et puis il y a cet arbre et tous ces animaux, tous parlant, nous permettant de les comprendre et d'envisager leur point de vue, ce qui est fort intéressant. Certes, au début c'est très déroutant d'entendre parler ces arbres et ensuite tous ses animaux mais ils font intégralement partis de cette histoire et sans eux, rien de tout ce qui se passe n'aurait été possible. De nouveaux héros qui méritent plus que ce que les hommes leur offrent sur cette planète à l'heure actuelle.


Je fais beaucoup de parallèle entre l'histoire de Karine Rolland et notre ère actuel parce que j'ai le sentiment que c'est le message qu'elle veut délivrer dans son livre et j'espère ne pas être passée complètement à côté. 


Je remercie chaleureusement les Editions Publishroom et le forum PartageLecture pour ce partenariat.

 






Ce livre rentre dans mon challenge 50 romans en 2016 (39/50).


1 commentaire:

  1. Je l'ai fini hier, un coup de coeur <3
    Du coup, j'ai enfin lu ta critique (excellente comme d'habitude), c'est en effet un livre qui pousse à réfléchir.

    RépondreSupprimer