13 mai 2016

"L'Alchimiste" de Paulo Coelho




"Mon coeur craint de souffrir, 
dit le jeune homme à l'alchimiste, une nuit
qu'ils regardaient le ciel sans lune.
- Dis-lui que la crainte de la souffrance est pire
que la souffrance elle-même.
Et qu'aucun coeur n'a jamais souffert alors 
qu'il était à la poursuite de ses rêves."

L'alchimiste est le récit d'une quête, celle de Santiago, un jeune berger andalou parti à la recherche d'un trésor enfoui au pied des Pyramides. Dans le désert, initié par l'alchimiste, il apprendra à écouter son coeur, à lire les signes du destin et, par-dessus tout, à aller au bout de son rêve.
Destiné à l'enfant que chaque être cache en soi, L'Alchimiste est un merveilleux conte philosophique, que l'on compare souvent au Petit Prince, de Saint-Exupéry, et à Jonathan Livingston le Goéland, de Richard Bach.






Un petit conte philosophique qui est arrivé entre mes mains, dans cette période de ma vie où le doute s'est emparé de moi, m'éloignant de certains sentiers indispensables à mon bien-être. Et ce livre, si petit, si facile à lire qu'il est, a su me remettre sur mon chemin, à me redonner l'espoir et le sourire.

Quelle tristesse de ne pas l'avoir croisé plus tôt, de ne pas avoir lu les pépites qu'il renferme bien avant ce moment. Mais je crois au hasard et si j'ai su l'apprécier autant c'est qu'il était là, à l'heure dite, ni trop tôt, ni trop tard. 

J'ai beaucoup apprécié toutes ces réflexions sur la vie qui jalonnent son texte. Certaines m'ont marqué plus que d'autres.



"Tout ce que nous craignons, c'est de perdre ce que nous possédons, qu'il s'agisse de notre vie ou de nos cultures. Mais cette crainte cesse lorsque nous comprenons que notre histoire et l'histoire du monde ont été écrites par la même Main."


Je ne me considère pas comme une grande croyante, je crois en certaines choses, parce que ça m'aide, que ça me fait avancer et je ne vais pas vous faire un débat là dessus aujourd'hui. Mais ce livre parle tout de même de croyances, de religions d'une certaine façon mais de manière si épurée et simple, qu'il est impossible que cela pose problème, même si je ne crois pas en tout ce qui est dit.

Santiago, jeune berger qui a des rêves simples va aller de rencontres en rencontres, de découvertes en découvertes et chacun de ses pas, de ses erreurs va être une manière de grandir à côté de lui. La leçon que lui donne la Vie nous l'est offerte à nous aussi à travers ces lignes si pures.




"Et pendant que je mange, je ne fais rien d'autre que manger. Quand je marcherai, je marcherai, c'est tout. Et s'il faut un jour me battre, n'importe quel jour en vaut un autre pour mourir. Parce que je ne vis ni dans mon passé, ni dans mon avenir. Je n'ai que le présent, et c'est lui seul qui m'intéresse. Si tu peux demeurer toujours dans le présent, alors tu seras un homme heureux. Tu comprendras que dans le désert il y a de la vie, que le ciel a des étoiles, et que les guerriers se battent parce que c'est là quelque chose d'inhérent à la vie humaine. La vie alors sera une fête, un grand festival, parce qu'elle est toujours le moment que nous sommes en train de vivre, et cela seulement."


J'aime ces livres qui me font du bien, qui me donnent foi en l'humanité, en une simplicité de la vie dans de petites richesses si faciles à trouver. J'aime conserver l'espoir et quand je croise un conte philosophique qui me l'apporte, je le garde bien précieusement au près de moi.
Il peut paraître trop simpliste, trop moralisateur, pas assez bien écrit, pas très original, ... Mais ce genre de livres trouve écho en moi et ça a été un délice de lecture.



"Comment est-ce que j'arrive à deviner le futur? Grâce aux signes du présent. C'est dans le présent que réside le secret; si tu fais attention au présent, tu peux le rendre meilleur. Et si tu améliores le présent, ce qui viendra ensuite sera également meilleur. Oublie le futur et vis chaque jour de ta vie selon les enseignements (...)."


Un très bon moment de lecture pour moi, un livre qui m'a fait du bien et je n'en demandais pas autant. 
Un coup de coeur <3 





Ce livre rentre dans mon challenge 50 romans en 2016 (41/50), dans le Challenge des 500 livres (42/100), ainsi que dans le challenge Emprunts des livres (17/24).

 


2 commentaires:

  1. Je reste dubitative par rapport à ce petit conte, que j'ai adoré, lu avec un plaisir intense…Puis, brusquement, alors que je le refermais, je me suis souvenue…je l'avais déjà lu et ne m'en étais pas aperçue…Sans doute la magie de Coelho..ou le début de…Je n'ose en dire plus!
    Merci pour ton avis!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Juste la magie de Coelho, ne pense pas à autre chose!!!
      C'est bien que le livre t'ait plu les deux fois quand même ^^

      Supprimer