12 févr. 2016

"La filière afghane" de Pierre Pouchairet




Quatrième de couverture.

Alors que la France est la cible d'actes terroristes, Gabin, Marie et leurs collègues de la PJ enquêtent sur des dealers qui opèrent dans une cité de Nice.
Après l'identification d'un réseau structuré et multicarte, les investigations vont remonter jusqu'en Afghanistan.
Là-bas, entre le retrait des forces internationales et la succession d'Hamid Karzai, une page est en train de se tourner dans une ambiance délétère.
Et c'est dans ce climat de suspicion et de corruption généralisée doublée d'une violence aveugle que le flic niçois va découvrir les liens entre trafic de drogue et terrorisme!
De Nice à Kaboul, du Helmand aux Pyrénées, s'engage alors, pour Gabin et son équipe, une traque impitoyable pour éviter le pire...



Mon avis.

Comment un tel livre a-t-il pu arriver dans ma PàL?

Vous ne le savez peut-être pas encore mais je n'aime pas les livres traitant des faits réels et de notre actualité. Je suis une sorte de fille peureuse et angoissée sur l'avenir, alors tout ce qui ramène à notre réalité, à la guerre, au terrorisme, je passe mon tour en général.
J'ai lu deux livres sur la guerre en Irak en novembre 2014 et je dois avouer que j'ai galéré à les lire, tellement le sujet est sensible à mes yeux. Découvrir la réalité du terrain, l'horreur de la guerre, les mentalités de ces terroristes... Bref, c'est le genre de livre qui me plonge dans une angoisse réelle...

Et pourtant, voilà que je lis "La filière afghane". Livre qui traîne dans ma PàL depuis quelques semaines et qui y est arrivé grâce à une copine. C'est un membre de sa famille qui l'a écrit et je m'étais montrée intéressée pour le lire. Et comme je n'ai qu'une seule parole, je me suis plongée dans ce trafic de drogues!

Certes ce livre est un polar mais largement inspiré de faits réels. Et je dois l'avouer... Ca a été une belle surprise :)



Qu'est-ce qui m'a fait aimé ce livre?

Quand j'ai commencé ce livre, je m'attendais à mettre beaucoup de temps à le lire, à lutter pour avancer et j'avais peur, j'avoue, que cela ne mette un frein à mon élan livresque du début d'année... (Oui d'accord, c'est bête, mais c'est comme ça...).

Et bien toutes ces pensées étaient futiles car j'ai beaucoup apprécié ce livre!!

J'ai trouvé le style d'écriture de l'auteur très fluide, très agréable et de ce fait, rien n'était lourd dans la lecture. Il a quelque chose (que je n'ai pas réussi à définir, pardonnez-moi!!) qui rend ce récit appréciable et déjoue les horreurs décrites. J'ai vraiment apprécié cette plume et cela a beaucoup joué sur mon appréciation de ce livre.

Les personnages suivis sont aussi très attachants finalement et donnent envie de savoir comment ils vont évoluer et où leur enquête va les mener. J'ai surtout apprécié Marie et Gabin, les autres étant de toute façon plus effacés et je n'ai pas retenu les noms (oui j'ai toujours eu un problème avec les noms!).
Gabin, qui est finalement le personnage principal, va faire face à une situation dingue où une enquête sur un trafic de drogues se transforme en enquête sur le terrorisme. C'est un homme avec un sacré caractère, que pas grand chose ne semble effrayer (enfin un peu quand même...) et qui sait de quoi il parle. C'est le genre de flic qu'on aime, un peu bourru mais hyper attachant, très attaché à ses hommes et qui est prêt à se sacrifier pour le bien de la nation. Enfin c'est de cette façon que je l'ai vu.

La plume de l'auteur et les personnages ont fait que j'ai apprécié ce livre... L'histoire, quant à elle, ne m'a pas plus emballée que ça...



Qu'en est-il de l'histoire?

Bon, bien que globalement j'ai apprécié le livre, je dois avouer que l'histoire n'a pas eu ma préférence, notamment parce qu'on touche à tout ce qui m'angoisse...

J'étais une adepte des reportages à la télévision sur les trafics de drogues, les missions de la police, le banditisme, etc... Mais cela m'est passé parce qu'à chaque fois c'est toujours plus... Et puis même sur de simples trafics de drogue, il y a des règlements de compte et des gens meurent... Et ça, ma sensibilité ne parvient plus à s'y faire (plus je vieillis, plus je deviens sensible...).

Du coup, forcément, être plongée dans une enquête sur le trafic de drogues, suivre le point de vue des flics mais également des malfrats (oui ça fait vieillot, mais j'aime bien ce mot!!) et bien, ça a été compliqué!! Suivre l'horreur en direct, assister à des scènes d'une violence rare, qu'elle soit physique ou mentale, ce n'est vraiment pas ma tasse de thé... Les chefs des organisations du trafic sont vraiment des gens sans coeur... Ca va faire peut être niais ce que je vais dire mais je ne comprends pas comment les gens peuvent être "méchants", comment arrive-t-on dans sa tête a être prêt à tuer et à passer à l'acte? C'est vraiment quelque chose que je ne comprends pas et c'est sûrement pourquoi j'ai du mal avec ce genre de livres, trop réels...

Bref, malgré que je sois une pauvre petite chose facilement impressionnable, l'histoire m'a tout de même intéressée et j'avais hâte d'avoir le dénouement et de comprendre où l'auteur allait nous mener. J'étais surtout intriguée de la fin... Parce qu'y a-t-il vraiment une fin dans ce genre d'histoire?

J'ai bien aimé les passages en Afghanistan, surtout pour les scènes de la vie quotidienne... Même si cela est très dur et qu'il est plus facile de fermer les yeux, prendre conscience de ce qui se passe là-bas reste très intéressant.


Pour conclure?

Finalement, ce livre, comme d'autres dans ce genre là, dérange parce qu'ils parlent de la réalité, de la vraie vie et de tout ce qu'on aimerait pouvoir oublier, ignorer (enfin moi personnellement). Parce que s'y attacher, s'y intéresser, rend tout cela très inquiétant car c'est notre réalité. Nous l'avons bien vu avec les récents évènements en France... Tout le monde peut être touché et ça fait peur.

Alors fermer les yeux et imaginer le monde meilleur, ça permet de garder un peu d'optimisme et d'espoir en l'avenir :)
Mais je ne regrette pas de l'avoir lu!! Ca fait du bien de temps en temps d'ouvrir les yeux!!!



Ce livre me fait penser à la chanson de Blacko et Soprano "Ferme les yeux et imagine-toi". C'est tout à fait ce qu'ils décrivent: on préfère fermer les yeux et se plaindre, parce que c'est plus simple, alors qu'ailleurs se passent des horreurs...


Ca n’arrive qu’aux autres on n’réalise pas tant que ca ne nous touche pas
On sait très bien c’qui s’passe ailleurs mais on ose se plaindre
Relativise ferme les yeux imagine-toi
Tu verras comme ta vie est belle








Ce livre rentre dans mon challenge 50 romans en 2016 (10/50), également dans le challenge Emprunts de livres 2016 (8/24) ainsi que dans le challenge PàL 2016.

 


Mots doux :

Ecrire un mot doux