18 oct. 2015

"Les enfants sauvages" de Louis Nowra



Editeur: Pocket (03/2015)
ISBN: 978-2-266-255059
Nombre de pages: 166

Quatrième de couverture.
C'était une journée de jeux et de plaisirs pour Hannah et son amie Becky. Mais une terrible tempête éclate et les deux fillettes se retrouvent seules, perdues au cœur du bush de Tasmanie. Livrées à elles-mêmes; elles doivent leur survie à un couple de tigres, qui les observe et leur vient en aide. Intrépide et confiante, Hannah n'hésite pas à suivre les félins et entraîne Becky avec elle. Désormais, elles vivront dans une tanière et feront l'apprentissage d'une vie primitive: les souvenirs de la civilisation s'estompent, l'instinct reprend ses droits. Et parfois l'humanité est plus sauvage que la nature elle-même...

« Un conte bouleversant. »
ELLE
« Une lecture puissante. »
The Guardian
« Une histoire de survie passionnante et émouvante. »
Publishers Weekly

Mon avis.
Dans un premier temps, je tiens à remercier chaleureusement les Editions Pocket et le forum PartageLecture pour ce partenariat.


J'ai souvenir d'une histoire lue lorsque j'étais une enfant qui m'avait énormément marqué, cela devait être dans un "J'aime lire". C'était l'histoire d'un enfant sauvage, Victor il me semble, ayant vécu au milieu de je ne sais plus quelle sorte de bêtes et qui revenait à la vie normale. Je ne me rappelle que de très peu de détails mais cette histoire m'avait déjà fascinée à l'époque et le thème continue de m'intéresser.
C'est donc tout naturellement que j'ai postulé pour ce partenariat qui m'intéressait grandement.


C'est un livre que j'ai lu en très peu de temps et je ne m'y attendais même pas. Je suis arrivée à la fin et la première pensée que j'ai eu c'est: "déjà?" Je n'ai pas eu le temps de m'ennuyer et j'ai adoré cette histoire si prenante.


L'écriture est simple, très simple, c'est même de l'écriture orale, la construction grammaticale n'étant pas parfaite mais cela ne dérange en rien la lecture, et à mon avis c'est ce qui la rend si facile et rapide. J'ai eu l'impression que Hannah m'a parlé tout le long du livre, me racontant son histoire comme chuchotée à mon oreille. Je me voyais assise, par terre évidemment, avec elle sur une véranda dans sa maison au bord de la rivière.


Je me suis laissée entraînée par ses mots simples qui me racontaient son histoire, ce qu'elle avait vécu et comment elle l'avait vécu. Cette vie qui bascule en l'espace d'une tempête, où tout est remis en question et où elle a du faire confiance à son instinct.
Nous la découvrons petite fille intrépide, prête à tout pour survivre, entraînant avec elle Becky, son amie plus sage et plus inquiète. Cette rencontre avec la nature, avec les tigres, loin de la civilisation, loin de tout ce qu'elles ont connu, a un côté fascinant. Tout au long de leur histoire, nous ne pouvons nous empêcher de nous demander: "Et si cela m'était arrivée, comment aurais-je réagi?". Et puis il y a aussi ce petit sentiment presque gênant, la jalousie. Être adopté par des animaux sauvages, cela doit être une expérience tellement forte, tellement unique que oui, il est possible de jalouser ces deux jeunes filles qui n'ont rien demandé à personne.


Les filles finissent par disparaître, remplacées par de petites créatures sauvages ne parlant plus, comme des petits tigres de Tanzanie. Et puis de nouveau une nouvelle vie qui bascule, les repères qui disparaissent, tout ce qui semblait normal, redevient anormal. Il y a énormément de violence dans ce récit, violence des sentiments, des actes de chasse, de pêche même et puis la violence des actions humaines.
Cela bouscule tout ce qui nous semble logique et nos sentiments s'en retrouvent à l'envers.
J'avoue que j'aurais aimé, préféré que ces deux petites filles finissent leur vie avec les tigres, leurs parents adoptifs, loin de cette civilisation inutile finalement.


Les changements de vie ne se font pas sans difficultés et laissent des traces, toujours. Les enfants sont si malléables qu'il leur est naturel de s'adapter à chaque situation mais devenu un peu plus grand, cela devient un cauchemar.


J'ai été tout de même un peu choqué par les scènes de violence, pas tant les parties de chasse des tigres mais surtout celles des humains. J'ai eu des sentiments de colère et de dégoût, comme cette petite fille Hannah devenue bête. Il est vrai que cela fait partie de notre histoire et à l'époque cela était naturel et logique mais à voir les situations inversées, tout cela ne devient que cruauté gratuite. J'ai largement préféré les animaux dans ce livre que les humains, excepté notre petite héroïne malgré elle Hannah.
J'ai beaucoup moins apprécié Becky, peut être tout simplement parce que ça n'aurait jamais pu être une copine si je l'avais croisé dans la vie réelle; je me serais plus facilement liée d'amitié avec Hannah et son côté un peu sauvage (voire très sauvage).


Il n'y a pas de longueurs dans ce livre, je dirais même qu'il est parfaitement équilibré. Je ne me suis pas ennuyée, n'ai pas vu passé les pages et ai presque été déçue à la dernière page.
Ce n'est pas un coup de coeur, car il me manque une petite étincelle, un petit quelque chose qui fait que Woah! mais c'est un livre qui est et restera très apprécié.



Encore merci aux Editions Pocket et au forum PartageLecture qui ont permis cette rencontre drunken





Mots doux :

Ecrire un mot doux