28 oct. 2015

"La Marque de Windfield" de Ken Follett


Titre: La Marque de Windfield
Titre original: A dangerous fortune
Auteur: Ken Follett
Traducteur: Jean Rosenthal
Editeur original: Laffont
Editeur de mon livre: Le livre de poche
Pages: 630
ISBN: 978-2-253-13909-6

Quatrième de couverture:
L'auteur del'inoubliable fresque des Piliers de la Terre nous emmène ici au cœur de l'Angleterre Victorienne.
En 1866, plusieurs élèves du collège de Windfield sont les témoins d'un accident au cours duquel l'un des leurs trouve la mort. Mais cette noyade est-elle vraiment accidentelle? Ce drame va marquer à jamais les destins d'Edward, riche héritier d'une grande banque, de Hugh, son cousin pauvre et réprouvé, et de Micky Miranda, fils d'un richissime Sud-Américain.
Autour d'eux, des dizaines d'autres figures évoluent, dans cette société où les affaire de pouvoir et d'argent, de débauche et de famille se mêlent inextricablement derrière une façade de respectabilité...

Mon avis.
Quel plaisir!

Je n'ai pas lu beaucoup de livres de Ken Follett mais c'est avec un plaisir fou que j'ai dévoré ce livre qui contient tout ce que j'aime: l'époque, des personnages hauts en couleur, des intrigues dans tous les sens, la lutte pour le pouvoir et puis quelques intrigues amoureuses pour couronner le tout.

J'ai adoré la façon dont l'auteur a traité les personnages, avec plusieurs narrateurs pour mieux comprendre chacun, rentrer dans leurs pensées les plus intimes et s'attacher ou pas d'ailleurs.

J'ai adoré détester les méchants, prier pour qu'ils ratent leurs intrigues insensées.
J'ai adoré aimer les gentils, prier pour qu'ils s'en sortent face à tout ce qui se dresse sur leur chemin.

J'ai adoré l'écriture de cet auteur, plume sublime qui sait rendre les descriptions passionnantes, les actions haletantes et le suspense insupportable.

J'ai adoré l'époque si bien décrite, retrouver les costumes et coutumes d'avant, de ce pays qu'est l'Angleterre et qui me fascine déjà.

J'ai adoré ne pas avoir envie de poser le livre, de maudire les heures où il fallait aller au travail.

J'ai adoré Hugh, mon personnage préféré au niveau masculin, mais cela est dû à l'auteur bien évidemment.

J'ai adoré Augusta, une superbe méchante, si belle dans son rôle si complexe, femme et mère insatisfaite.

J'ai tout simplement adoré ce livre pour toutes ses facettes, pour ces bons moments que j'ai passé avec lui, dans le train, dans l'herbe, sur mon canapé, bref partout le temps de le dévorer comme il se doit.

J'adore tout simplement Ken Follett.

Je ne peux que le recommander!!  Un coup de coeur!!

Mots doux :

Ecrire un mot doux